Remplacements

Le remplacement est le mode d’entrée habituel le plus courant des jeunes médecins ambulatoires dans la vie professionnelle. C’est une période qui représente souvent un quart de cette vie professionnelle.

Actuellement, environ 20% des généralistes sont des remplaçants soit plus de 400.

Le temps de remplacement s’allonge régulièrement. Les jeunes généralistes y voient l’avantage d’une meilleure gestion du temps et de moindres contraintes administratives.

Cette période est aussi celle de l’approfondissement de la connaissance du milieu et celle des rencontres qui permettront de choisir une installation en tout connaissance de ses avantages et de ses inconvénients.

Une thèse récente soutenue à Rennes permet de mieux connaître les remplaçants (voir sur MG Rennes).

Il existe désormais une association des remplaçants qui peut être consultée sur le net à www.urban-basse-normandie.org/

Modalités ordinales et administratives

1- avoir validé au moins 3 semestres d’internat dont celui chez le praticien de niveau 1 (certificat délivré par la scolarité de la Faculté).

2- être en possession d’une licence de remplacement délivrée par le Conseil Départemental de l’ordre des Médecins : coordonnées sur le site du Conseil National de l’Ordre des Médecins. Il vous sera demandé le certificat précédent émanant de la Faculté, votre pièce d’identité et votre carte d’étudiant à jour.

3- être inscrit à l’URSSAF de votre département.

4- avoir de préférence ouvert un compte bancaire distinct de son compte personnel.

5- avoir prévenu son assureur des périodes d’exercice libéral (pour la Responsabilité Civile Professionnelle) mais également que l’on utilisera peut-être son véhicule pour effectuer des visites à titre professionnel.

6- avoir signé pour chaque remplacement un contrat de remplacement en triple exemplaire (un pour le remplacé, un pour le remplaçant, un pour le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins).

Avertissements

1- Il ne vous sera permis d’exercer en tant que médecin remplaçant non-thésé que jusqu’à 3 ans après la fin de votre internat, ou jusqu’à 6 ans après votre première inscription en DES de Médecine Générale.

2- Le remplaçant non-thésé ne cotise pas à la CARMF (Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France) mais y est inscrit à titre administratif (donc toute la période concernant cet exercice ne sera pas concernée par le calcul de vos annuités).

3- Le remplaçant non-thésé n’est couvert par aucun type d’assurance concernant le risque maladie et le risque accident : c’est un vide de couverture social. Autrement vous êtes en slip s’il vous arrive un pépin.

Spécificités de la couverture de l’Interne remplaçant

L’interne remplaçant reste couvert par le Régime Général de l’Assurance Maladie jusqu’au 30ème jour de remplacement. On ne peut « s’affilier » en tant que libéral (c’est-à-dire passer du régime général à celui des praticiens et auxiliaires médicaux), qu’après avoir effectué 30 jours de remplacement (toute journée commencée – samedi matin ou garde compris – est comptabilisée comme une journée). Avant ce délai, on dépend de son régime précédent (donc le régime général quand on est interne).

Donc dans le cas d’interne qui prendrait 6 mois ou plus de disponibilité afin d’effectuer des remplacements, pendant sa disponibilité, il va dépendre du régime général jusqu’à ce qu’il ait effectué ses 30 premiers jours de remplacement (qu’il lui faudra recenser dans un tableau et déclarer à la CPAM  de son département). Après cela, il dépendra du régime des praticiens et auxiliaires médicaux.


Donc

L’activité de remplaçant non-thésé est intéressante pour mettre le pied à l’étrier.

Un piège dans lequel il ne faut pas tomber en post-internat : n’oubliez pas de passer votre thèse !!!